Bienvenue dans votre espace PresseAlpesMaritimes

Vous pouvez vous inscrire afin de rédiger des commentaires sur nos articles

Cela ne prend que quelques secondes.

Member Login
Lost your password?
Not a member yet? Sign Up!

Fondation CHIRAC : Appel pour sauver TOMBOUCTOU…

29 septembre 2012
By admin

Aujourd’hui, plus de 1 700 personnes ont signé l’Appel de Jacques Chirac pour sauver Tombouctou

Aujourd’hui plus de 1 700 personnes représentant plus de 78 nationalités, de nombreuses personnalités, les Prix Nobel, DESMOND TUTU, RAJENDRA KUMAR PACHAURI, et TAWAKKOL KARMAN, journaliste, militante féministe et prix Nobel de la paix en 2011, SIMONE VEIL, ALAIN JUPPÉ, JEAN-CHRISTOPHE RUFIN, EDGAR MORIN, PATRICK ET OLIVIER POIVRE D’ARVOR, ont rejoint les signataires de l’Appel en faveur de la restauration de la paix au Mali.

Prévention des conflits

Lakhdar Brahimi, lauréat du Prix 2010, nouveau médiateur pour la Syrie

A la suite la démission de Kofi Annan de son poste de médiateur des Nations unies et de la Ligue Arabe pour le conflit en Syrie, Lakhdar Brahimi a été nommé vendredi 17 août 2012, pour lui succéder. Cette nomination a été saluée par l’ensemble de la communauté internationale. Le Président français François Hollande a été le premier à recevoir le nouvel émissaire dès le samedi 18 août 2012 à l’Elysée. Les deux hommes se sont entendus sur la nécessité de stopper les violences pour renouer les discussions. Au moment où les combats font rage entre les insurgés et le régime de Bachar el-Assad, les espoirs se portent désormais sur ce diplomate algérien chevronné et expert de la médiation.

En effet, après avoir occupé les fonctions de ministre des Affaires étrangères de l’Algérie de 1991 à 1993, Lakhdar Brahimi a été représentant spécial des Nations unies en Haïti et en Afrique du Sud. En 2000, il dirige le comité d’experts qui a publié le « Rapport Brahimi ». Celui-ci contenait plusieurs propositions phares visant à améliorer l’efficacité des opérations de maintien de la paix des Nations unies. Il a ensuite servi en tant que représentant spécial des Nations unies successivement en Afghanistan, puis en Irak, où il effectua un travail de réconciliation notable.

Son travail lui a valu de recevoir le Prix spécial du Jury pour la prévention de conflits de la fondation Chirac 2010.

Lakhdar Brahimi a été l’un des premiers signataires de l’Appel lancé par la fondation Chirac pour Tombouctou.

Prévention des conflits

Lakhdar Brahimi, lauréat 2010 du Prix, nouveau médiateur pour la Syrie

Lakhdar Barhimi, lauréat 2010 du Prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits

NOVEMBRE 2012 : CONFÉRENCE « LES NOUVEAUX MÉDIAS ET LA PRÉVENTION DES CONFLITS »

La première conférence , le 30 novembre 2011 a porté sur les opportunités qu’offrent les médias et les réseaux sociaux pour construire la paix et favoriser la dialogue. La seconde conférence de ce cycle aura lieu en novembre 2012 et s’intéressera plus particulièrement aux acteurs utilisant les nouveaux médias et les nouvelles technologies facilitant la prévention des conflits en faisant intervenir un panel de personnalités leaders en la matière.

« (…) dans le monde qui est le nôtre aujourd’hui, les menaces les plus sérieuses qui pèsent sur l’humanité tout entière ne proviennent plus comme naguère des tensions entre grandes puissances riches et surarmées. La fin de la guerre froide a eu raison, pour l’essentiel, de ces problèmes (…) Mais ce sont aujourd’hui des conflits qui sont au départ très localisés, dans des pays généralement très pauvres, qui, de proche en proche, s’étendent et finissent par menacer des régions entières, voire l’humanité dans son ensemble. » Lakhdar Brahimi, cérémonie de remise du Prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits, 5 novembre 2010.

ANNONCE DES LAURÉATS 2012 LORS D’UNE CONFÉRENCE DE PRESSE AU SENAT, LE 11 OCTOBRE PROCHAIN

Le Jury se réunit le 13 septembre 2012 pour choisir les lauréats dont les noms seront dévoilés le 11 octobre, lors d’une conférence de presse organisée au Sénat par la fondation Chirac et la Fondation AFP. Les actions récentes des deux fondations y seront également présentées. Georges Tsaï, membre du Comité d’experts, s’exprimera notamment sur le projet de cartographie récemment lancé.

QUATRIÈME CÉRÉMONIE DU PRIX DE LA FONDATION CHIRAC, LE JEUDI 22 NOVEMBRE AU MUSÉE DU QUAI BRANLY

Le jeudi 22 novembre 2012 au musée du quai Branly se tiendra la cérémonie de remise du Prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits. Il récompensera l’engagement d’hommes et de femmes afin que leurs actions de médiation et de réconciliation soient reconnues et encouragées.

Accès à l’eau et à l’assainissement

Développer la coopération décentralisée et l’action française en faveur de la solidarité internationale

DATES CLES

3 octobre 2012 : concert organisé avec le Paris Mozart Orchestra au profit des programmes Accès à l’eau et Accès à une santé de qualité – Cercle de l’Union Interalliée.

9 octobre 2012 :réunion d’un groupe de travail constitué des principaux acteurs institutionnels dans le domaine de l’eau en vue d’élaborer un plan de communication dans le cadre des actions de coopération décentralisée.

Retour sur le 6ème Forum Mondial de l’Eau à Marseille (12 > 18 mars 2012)

Poursuivant son plaidoyer en faveur d’une meilleure gestion du fleuve Niger, la fondation Chirac a porté à Marseille les recommandations issues du Forum « Solidarité pour l’eau dans les pays du bassin du Niger », qu’elle a organisé avec la République du Mali en octobre 2011 à Bamako. Les chefs d’Etat des pays riverains ont été invités à signer une Déclaration commune pour l’accès à l’eau et la gestion concertée du Bassin. Ainsi, le lundi 12 mars 2012, le Président du Niger, Mahamadou Issoufou , le Président du Tchad, Idriss Deby Itno puis celui du Burkina Faso, Blaise Compaoré, ont été les premiers à signer cette Déclaration.

Le Forum de Bamako avait permis de réunir plus de 1 000 participants (responsables politiques, experts du développement, représentants des secteurs public et privé, ONG et membres de la société civile…). Les chefs d’Etat de la région du bassin du Niger présents à Marseille se sont engagés à mettre en œuvre les recommandations prises à cette occasion.

Par ailleurs, un partenariat entre la fondation Chirac et la fondation Tattalilyali, présidée par la Première Dame du Niger, le Dr Malika Issoufou Mahamadou a été signé afin de mener des projets de terrain en faveur de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à la santé,particulièrement auprès des femmes et des enfants dans les zones rurales du Niger.

La loi Oudin-Santini, votée en 2006, permet aux collectivités territoriales qui le souhaitent d’affecter 1 % de leur budget « eau et assainissement » à des opérations de coopération au bénéfice de collectivités étrangères dans les domaines de l’eau ou de l’assainissement.

À titre d’exemple, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF) affecte, depuis 1986, 0,5 % de ses ressources à des projets de coopération décentralisée visant à améliorer l’accès à l’eau potable dans des pays en développement, ce qui représente sur la facture d’eau environ 1 euro par an et par foyer francilien. En 26 ans, 4,5 millions de personnes (soit le nombre de franciliens) ont pu être aliConférence : Le bassin du fleuve Niger, enjeux d’une gestion solidaire et durable de la ressource en eau, le 2 février 2012 à Sciences Po

A la suite du Forum « Solidarité pour l’eau dans les pays du bassin du Niger », cette rencontre avait pour objectifs d’informer et de sensibiliser les étudiants aux problématiques et aux perspectives du secteur de l’eau et de l’assainissement en Afrique de l’Ouest et particulièrement dans les pays du bassin du Niger.

Lors de son intervention, l’ancien Ministre de l’Énergie et de l’Eau du Mali, Habib Ouane, a souligné le caractère politique des problématiques liées au fleuve Niger qui représente un pôle de développement dans la zone et permet l’intégration régionale.

Lors du 3ème Forum de l’action internationale des collectivités territoriales organisé par Cités Unies France, les 2 et 3 juillet 2012, il a été souligné la nécessité d’établir un plan de communication autour de la loi Oudin-Santini, afin de mobiliser davantage les collectivités territoriales

La fondation Chirac propose aux acteurs de la coopération décentralisée, une campagne de mobilisation passant par la sensibilisation du grand public et par l’incitation des opérateurs publics qui ne collectent pas, à mettre en place le 1 %.

Accès à une santé de qualité

La Fondation soutient la Convention MÉDICRIME

UN CONCERT EN FAVEUR DE L’OPALS DONNÉ LE 9 MAI 2012

La fondation Chirac et l’Orchestre de l’Alliance ont organisé, le 9 mai 2012 à la salle Gaveau, à Paris, un concert de solidarité en faveur du projet mené en Côte d’Ivoire par l’OPALS (Organisation Panafricaine de Lutte pour la Santé) : le Centre de traitement ambulatoire pédiatrique (CTAP) qui complète, à Abidjan, l’offre de soins du service pédiatrique du CHU de Yopougon.

Le CTAP, qui reçoit aussi un financement de la Mairie de Paris, offre une approche de soins globale comprenant à la fois les traitements liés au VIH/Sida, la gratuité des soins (dont une participation aux frais de transport), une aide psychosociale pour les enfants et leur famille et un volet nutritionnel.

« Les nouveaux mafieux, on aimerait bien en dresser un inventaire plus précis et que nous, médecins, nous attendons qu’on nous cible bien ces trafiquants, qu’on les repère et qu’on les arrête. Il faut à la fois développer des actions de santé publiques bien sûr mais il faut aussi ne pas rechigner sur les moyens accordés à la répression à condition qu’il y ait avant une sensibilisation.»

Discours du Professeur Marc Gentilini, Délégué général de la fondation Chirac, Université Paris-Dauphine, 21 juin 2012

La Convention MÉDICRIME est née de la volonté du Conseil de l’Europe d’élaborer un texte instituant pour la première fois un instrument juridique qui criminalise la contrefaçon mais aussi la fabrication et la distribution de produits médicaux falsifiés.

MÉDICRIME est une réponse claire à l’absence d’une législation harmonisée au niveau international alors que le fléau des faux médicaments cause chaque année la mort de centaines de milliers de personnes dans le monde et plus particulièrement dans les pays en développement.

La fondation Chirac veut la soutenir et la faire connaître. Elle a organisé, en partenariat avec l’association DESSEIN, l’IRACM et le ministère des Affaires étrangères, une conférence pour présenter cette Convention (21 juin 2012 à l’Université Paris Dauphine).

Les intervenants ont pu sensibiliser le grand public sur l’enjeu de mettre en place une telle législation, incontournable pour incriminer les trafiquants.

Aujourd’hui les faux médicaments et produits pharmaceutiques sont aussi bien commercialisés dans les pays fragiles, le plus souvent sur les étals de rue, mais aussi dans les pays développés via la vente par internet.

Le Président Jacques Chirac a envoyé à 57 chefs d’Etat dont les signataires de l’Appel de Cotonou, une lettre pour les encourager à signer la convention MEDICRIME.

MÉDICRIME est ouverte à la signature des Etats membres du Conseil de l’Europe, mais aussi aux pays tiers (sous réserve de dispositions particulières) depuis le 26 octobre 2011.

Actuellement, 17 pays l’ont déjà signée :

Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Finlande, France, Islande, Suisse, Italie, Israël, Portugal, Russie, Ukraine, Luxembourg, Danemark, Lichtenstein, Turquie.

LA FONDATION PARTENAIRE DE L’IRACM ET DE L’OMD

L’IRACM (Institut de Recherche Anti Contrefaçon de Médicaments) a pour objectifs l’information et la formation des acteurs engagés dans la lutte contre les faux médicaments, mais aussi le conseil en mettant son expertise au service de la communauté internationale et des autorités publiques de tous les pays.

L’OMD (Organisation Mondiale des Douanes) est la seule organisation intergouvernementale spécialisée exclusivement sur les questions douanières.

L’OMD s’est engagée dans la lutte contre la contrefaçon, et notamment les faux médicaments qui font actuellement l’objet de saisies douanières de plus en plus importantes.

Accès aux ressources de la terre

La fondation Chirac, membre du Groupe pilote sur les financements innovants pour le développement

Créé en 2006, le Groupe pilote est une plateforme d’échange, de mise en commun d’informations et de promotion des financements innovants pour le développement. Aujourd’hui, 63 Etats, des ONG et Fondations et les principales Organisations internationales sont membres du Groupe.

Conduit par une présidence tournante (actuellement la Finlande), son rôle est de faciliter la diffusion de projets et l’émergence de nouvelles pratiques, de faire connaître l’intérêt des financements innovants aux différents partenaires du Groupe pilote et au sein des institutions internationales. Enfin, sa mission tend également à développer la contribution de solidarité sur les billets d’avions, une initiative conjointe des Présidents Chirac (France), Lula (Brésil) et Lagos (Chili).

La fondation Chirac a rejoint, en janvier dernier, le Groupe pilote et compte y apporter sa capacité à mobiliser des responsables politiques. Elle plaidera ainsi pour que de tels mécanismes se développent dans les domaines de la santé, de l’accès à l’eau et à l’assainissement, de la sécurité alimentaire, de la sécurisation du foncier et de l’accès aux ressources de la terre.

La contribution de solidarité sur les billets d’avion et UNITAID

En 2006, les Présidents Chirac, Lula et Lagos décident de donner une suite concrète aux propositions du rapport Landau sur le financement du développement. Ensemble, ils promeuvent le principe innovant d’une contribution de solidarité sur les billets d’avion dont le produit permettra de créer UNITAID, une facilité internationale d’achat de médicaments.

La contribution est perçue sur les vols au départ des pays qui la mettent en place.

Elle est acquittée par les passagers lors de l’achat de leur billet, généralement en sus des taxes d’aéroport.

Pour les passagers, le montant de la contribution est très faible (de 1 à 40 euros, en fonction de la classe et de la destination) mais cette contribution a permis d’opérer une véritable révolution en matière de santé publique dans les pays en développement.

Grâce aux ressources stables et prévisibles de la contribution, UNITAID a eu, en à peine 5 ans, un impact décisif sur le prix des médicaments contre le Sida, la tuberculose ou le paludisme et a permis l’accès de millions de malades, notamment les enfants et les femmes enceintes, à des traitements qui leur étaient jusque là inaccessibles dans 94 pays. Aujourd’hui,UNITAID bénéficie du soutien de 29 États et de la fondation Bill et Melinda Gates.

Une quinzaine de pays, du Sud comme du Nord, ont mis en œuvre la contribution de solidarité sur les billets d’avion.

La Fondation participera à la prochaine réunion de la taskforce sécurité alimentaire du Groupe pilote qui se tiendra à Rome le 18 octobre prochain.

RÉGULER LES MARCHÉS FINANCIERS POUR ASSURER LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MONDIALE par Bernard Valluis, président délégué de l’association nationale de la Meunerie Française

Selon vous, quelles sont les solutions pour stabiliser les prix des matières premières agricoles, condition nécessaire à la sécurité alimentaire ?

Les aléas climatiques sont à l’origine de déficits chroniques de la production agricole vis-à-vis de la demande alimentaire mondiale. Pour garantir la sécurité alimentaire au niveau mondial et amortir les fluctuations des récoltes, des disciplines collectives internationales sont nécessaires. Il s’agit d’une part de la régulation des marchés physiques des céréales et du riz avec la constitution de stocks publics de réserve à hauteur de 3 mois de la consommation mondiale. Il s’agit également de la régulation des marchés financiers pour lesquels les matières premières agricoles sont devenues des actifs banalisés.

Aussi, les réformes financières engagées depuis la crise de 2008 doivent-elles comprendre un volet spécifique relatif aux matières premières agricoles essentielles pour la sécurité alimentaire.

Les pays les plus pauvres, particulièrement ceux ne bénéficiant pas de rente pétrolière, sont particulièrement touchés par un déficit alimentaire. Doit-on craindre de nouvelles émeutes de la faim et quelles régions sont les plus fragiles ?

Le Président de la Banque Mondiale, M. Jim Yong Kim, s’en alarmait récemment dans un communiqué « les prix alimentaires ont encore augmenté brutalement et menacent la santé et le bien-être de millions de personnes ». En effet, à la suite des mauvaises récoltes en maïs, soja et blé, dans le continent nord américain, la production mondiale va connaître en 2012/2013, un nouveau déficit vis-à-vis de la consommation avec des niveaux de stocks relativement bas.

C’est pourquoi les prix des céréales se sont envolés à partir de juillet dernier, avec une augmentation de l’ordre de 30 %. C’est une situation d’extrême priorité pour les pays qui ne disposent pas de recettes en devises à l’exportation permettant de couvrir les coûts supplémentaires de leurs importations.

C’est une situation potentiellement explosive pour les pays qui traversent des crises sociales et politiques importantes, notamment en Afrique de l’Ouest et au Sahel, en Afrique du Nord et au Moyen Orient.

Ce constat pessimiste appelle des actions urgentes et efficaces pour assurer aux populations les plus exposées la sécurité alimentaire à laquelle ils ont droit.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur le site de la fondation Chirac :

www.fondationchirac.eu

Défense de la diversité culturelle

Colloque Eau, Culture et Spiritualité

PRÉSENTATION DE LA FONDATION CARDINAL PAUL POUPARD

La Fondation Cardinal Paul Poupard fut créée par Son Éminence Monsieur le Cardinal Paul Poupard, Président émérite du Conseil pontifical de la Culture et du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. L’activité de la Fondation est orientée vers les problématiques internationales dans leurs dimensions d’ordre culturel, pédagogique, social, anthropologique, économique et interreligieux. Elle collabore avec la Georgetown University (Washington), le St. Andrew’s College (Bombay), l’Université catholique de Lille et l’Université Saint-Tikhon de Moscou, l’Institut de la Méditerranée de Marseille.

Source de toute vie, l’eau est reconnue comme un droit fondamental par les Nations Unies depuis juillet 2010. Pourtant, près de 700 millions de personnes dans 43 pays sont touchées par le manque d’eau et en 2030, la moitié de la population mondiale vivra dans des régions soumises à un fort stress hydrique*.

L’eau est aujourd’hui menacée par des utilisations abusives, polluantes, déraisonnables.

C’est pourquoi la fondation Chirac s’engage à travers les actions de son programme Accès à l’eau et à l’assainissement pour que toutes les populations puissent disposer de cette ressource essentielle en la préservant de toute pollution et distribution inégalitaire.

La Fondation souhaite aujourd’hui aller au-delà de cette acception physique et concrète de l’eau.

Trop souvent considérée comme simple objet de consommation, la valeur immatérielle de ce bien précieux est de plus en plus oubliée. L’eau porte en elle une symbolique forte et unit les hommes de façon intemporelle. La majorité des cultures la célèbrent comme élément fondateur et objet de culte. Aujourd’hui encore de nouveaux rites célébrant l’eau apparaissent.

C’est cette dimension symbolique que la fondation Chirac veut mettre en lumière. C’est pourquoi elle organisera, en partenariat avec l’Académie de l’Eau et la Fondation Cardinal Paul Poupard, un colloque innovant autour des thèmes Eau, Culture et Spiritualité qui soulignera l’importance de cette ressource naturelle pour chaque individu, peuple, nation ou civilisation. Ce colloque se déroulerait dans le courant de l’année 2013.

Il étudiera particulièrement les mythologies, croyances et ritualités existant autour de l’eau dans de nombreuses cultures, et se penchera sur la place culturelle qu’occupe cette ressource dans différents contextes, notamment en termes d’usages et d’interdits.

* On assiste à un stress hydrique lorsque la demande en eau dépasse la quantité disponible sur une certaine période, ou lorsque sa mauvaise qualité en limite l’usage. (Source : Glossaire du Programme des Nations Unies pour l’Environnement)

Giuseppe Musumeci, Président de la Fondation du Cardinal Paul Poupard souligne l’importance de faire valoir le lien entre l’eau et sa dimension culturelle.

« Il est évident que l’eau, comme le feu, a une grande place dans les différentes cultures. Il est important aujourd’hui, nous semble-t-il, de dépasser une considération purement matérielle de cet élément, de son usage et de sa pénurie menaçante (même si, sans aucun doute, cette considération reste fondamentale et urgente) et d’attirer l’attention sur les aspects culturels qu’elle revêt.

Il ne s’agit pas de ressusciter les naïades, les néréides ou les tritons, mais de raviver la conscience de la valeur symbolique de l’eau, qui purifie, qui est source de vie, mais qui donne aussi la mort. Une plus grande attention à ces dimensions présentes de façon, semblet-il, universelle dans les cultures de notre globe et l’effort pour en mieux pénétrer la signification peut sans aucun doute contribuer à susciter un plus grand intérêt et un plus grand respect pour cette ressource naturelle.

La Fondation Cardinal Paul Poupard entend collaborer à promouvoir et à soutenir les efforts en vue d’une meilleure reconnaissance des aspects anthropologiques relatifs à l’eau et à travailler ainsi à la sauvegarde de ce bien indispensable à l’humanité. »

LA FONDATION CHIRAC ET LE PARIS MOZART ORCHESTRA PRÉSENTENT UNE SOIRÉE AU PROFIT DES PROGRAMMES :

ACCÈS À LʼEAU ET À LʼASSAINISSEMENT,

ACCÈS À LA SANTÉ ET À DES MÉDICAMENTS DE QUALITÉ

Mercredi 3 octobre 2012 à 19h30

Au Cercle de lʼUnion Interalliée : 33, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Programme

Paris Mozart Orchestra Claire Gibault : direction

Wolfgang Amadeus Mozart, Apollo et Hyacinthus (KV. 38) – Intrada

Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie concertante pour violon et alto en mi bémol majeur (KV. 364)

Eric Lacrouts, violon / Arnaud Thorette, alto

Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie concertante pour instruments à vent solistes (hautbois, clarinette, cor, basson) et orchestre en mi bémol majeur (KV. 297b) Philippe Giorgi, hautbois / Julien Chabod, clarinette / Misha Cliquennois, cor / Fany Maselli, basson

Pour réserver : concert@fondationchirac.eu

Agissez !

Retrouver la pétition sur :

À venir

22-  26 septembre 2012

La Fondation était présente au congrès des notaires

3 octobre 2012

Concert de soutien aux pays de la région du Sahel, 19h30 – Cercle de l’Union Interalliée

11 octobre 2012

Conférence de presse au Sénat pour annoncer les lauréats

22 novembre 2012

Remise du Prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits au musée du Quai Branly

Suivez-nous sur Twitter https://twitter.com/fondationchirac

Devenez fan sur Facebook http://www.facebook.com/FondationChirac

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*